Accueil du site > Administration > Le Projet > Bilan des actions menées au premier janvier 2013

Bilan des actions menées au premier janvier 2013

mardi 12 février 2013, par Nicole Niel

Avant de commencer une nouvelle année, il est de coutume de faire le bilan de celle qui se termine.
Aujourd’hui c’est moi , Nicole NIEL, qui m’y colle, du moins pour une partie qui me tient particulièrement à cœur.

L’année 2012 restera pour beaucoup une année capitale puisqu’elle aura vu fleurir sur internet et dans le microcosme du costume arlésien, ces trois lettres...PCI  
« Mai de qu,es aco ….PCI   ????? ….Patrimoine Culturel Immatériel ! »

L’idée était lancée...la controverse aussi ….
PCI   ?...Pourquoi faire ?...Notre costume est-il en danger ? Sûrement pas, il est même plus vivant que jamais, se payant même le luxe de quelques costumes « OGM » à faire trembler !!!...Le costume attire, beaucoup veulent s’y essayer.

C’est là que la notion d’inscription du port du costume d’Arles au Patrimoine culturel immatériel prend toute sa signification. Car si actuellement notre costume n’est pas en danger, il est sage de penser à l’avenir en menant à bien ce projet afin que les générations à venir bénéficient d’un environnement culturel traditionnel préservé et durablement ancré sur des fondations irréfutables. L’idée de base est donc de faire reconnaître le PORT du COSTUME d’ ARLES comme étant un mode d’expression culturelle, en considérant qu’il s’agit là d’un patrimoine culturel immatériel. ( voir dans l’annexe I les explications de toute la partie administrative et des textes émanant de l’Unesco   )
Qu’importe qui en a eu l’idée au départ , ce qui est capital, c’est de prendre conscience de l’importance du projet et trouver les solutions pour le mener au bout. Car si le précepte de base s’exprime de façon simple, la mise en œuvre d’une telle demande de reconnaissance est tout autre.
Il faut en finir avec les « on dit », les préjugés qui enrayent la machine...
- Non, Tradicioun ne cherche pas à faire les choses seule...
- Non, les choses ne sont pas faites en catimini,
- Non, rien n’est terminé...... tout ne fait que commencer !

Le précepte n°1 imposé par l’UNESCO   est que l’ensemble de la communauté concernée contribue activement à la demande. Il en découle naturellement que le dossier sera déposé, non pas par une association du pays d’ Arles, mais par l’ensemble de la population concernée.

Donc toutes les Arlésiennes portant le costume ou l’ayant porté, faisant partie ou non d’une association traditionnelle, ainsi que toutes celles et tous ceux qui s’intéressent à cette forme de tradition et qui ne portent pas ou plus le costume.
Ce que propose simplement l ’association « Tradicioun » c’est de contribuer, à sa mesure, à la collection des données qui seront nécessaires lorsqu’il s’agira de rédiger le dossier.
(Le bilan de la première réunion de travail est en ligne sur Internet : http://www.lecostumedarles.fr/ « Réunion du 12 novembre 2011 »).

Mais avant çà il faut passer par la constitution d’un projet :

  • qui fixera les caractéristiques du port du costume d’Arles,
  • qui décrira ce qui permet de le sauvegarder,
  • qui démontrera ce qui est actuellement fait pour le mettre en valeur ( actions et propositions diverses des municipalités ),
  • qui validera les moyens mis en œuvre pour sa transmission et sa préservation,
  • qui encouragera la rigueur et le respect du costume.

Les groupes et associations, s’ils ne sont pas les seuls, sont au cœur des processus de sauvegarde et de transmission des savoirs et savoir-faire, au cœur de la promotion du costume traditionnel. Il faut les recenser, les faire connaître.
De même pour la production littéraire : Nombre d’ouvrages ont été écrits autour du costume d’Arles..Lesquels ? Par qui ? Où se les procurer ?
Les fêtes populaires du pays d’Arles sont le point d’orgue des manifestations où le costume est porté...Où ont-elles lieu et quand ?...
Bien qu’encore incomplet, un portail documentaire, via internet donne accès à toutes ces informations. ( http://www.tradicioun.org/ )

Il faut aussi donner la parole au nombre important de femmes et jeunes filles du pays d’Arles qui portent la coiffe, sans pour autant faire partie d’une association.
Qu’est-ce qui les pousse à revêtir le costume ?
Comment vivent-elles leur costume ?

Déjà un certain nombre d’entre vous (A ce jour 32 témoignages sont à lire sur le site) ont versé au dossier leur témoignage de “parcours de vie”, conscient de l’importance du geste. Ils sont accessibles sur internet ( www.lecostumedarles.fr ). Leur lecture est extrêmement intéressante et instructive. Ces témoignages nous prouvent que nous sommes dans la bonne voie et qu’il est indispensable d’engager cette démarche d’inscription au PCI   .
Eric Blanc a mis en place un portail fédérateur autour de ces questions, qu’il s’agisse de la collecte de témoignages, d’annonces de fêtes ou de conférence, d’expositions, de vide-commodes, du référencement de groupe, d’annonces d’ateliers ouverts ou d’une bibliothèque des ouvrages de référence, le site accueille toutes les contributions. Un an tout juste après sa mise en ligne, le site a déjà reçu 7000 visites.
Ce site internet est aussi la vitrine d’un travail plus confidentiel, mais nécessaire pour la suite du projet : la conception et le remplissage d’inventaires. Deux inventaires des plus importants ont été démarrés en 2012 :

Inventaire N° 1 - La liste des groupes de maintenance de la tradition.
Une bonne centaine d’associations a d’ores et déjà pu être identifiée et répertoriée. C’est Isabelle Barbier qui, en 2012, s’est chargée de la coordination de cet inventaire.

Inventaire N° 2 - Les occasions de porter le costume et d’en discuter. Ces douze derniers mois, 1200 événements, fêtes et manifestations publiques, ont été recensés et annoncés sur le site. Développé sur http://agenda.tradicioun.org cet agenda se décline sur le site http://www.lecostumedarles.fr/Agenda , http://www.bouvine.info et aussi http://www.tradicioun.org .

Cet agenda a été conçu pour être consulté par tout le monde, hors tout site internet. Il peut être repris sur divers logiciels pour un affichage personnalisé. ( voir les procédures sur : http://agenda.tradicioun.org/).

Bien sûr, chaque personne ou groupe peut faire l’inventaire plus personnel de toutes les occasions de porter le costume, qu’elles soient publiques ou privées. Les fêtes traditionnelles familiales ou sociales en font partie, comme par exemple : offrandes au nouveau né, baptême, communion, mariage, enterrement, réunion sociales conviviales : castagnade, gâteau des rois, lotos, gros souper etc... Chacune de ces manifestations peut-être l’objet d’un témoignage très utile pour la constitution du dossier.

L’ inventaire N° 3 sera « La bibliothèque idéale »

La communication

Afin de donner au projet une identité visuelle reconnaissable, il nous apparut utile de dessiner deux logotypes chargés de véhiculer la symbolique du costume d’Arles. Ils sont déclinés sur tous les moyens de communication que nous avons employés (internet, dépliants, panneau d’information).

En effet cette année s’est passé à expliquer le projet, sensibiliser les esprits à la notion de « patrimoine culturel immatériel  » et sa relation avec le costume d’Arles.

Une série de conférences/débats/discussions ont été organisés aux quatre coins du pays d’Arles, afin d’interpeller la communauté, d’expliquer, mais aussi écouter.
- Le 14 Janvier 2012 à Vauvert organisé par « Des fils et des Arlésiennes »
- Le 28 Janvier à Fourques organisé par « L’Escolo d’Argenço » ( Le verbatim de la conférence de Fourques est en ligne : Conférence du 28 janvier 2012 )
- Le 25 Février à Eyguières organisé par « Tradicioun »
- Le 3 Mars à Port Saint Louis du Rhône par « Protection des traditions locales »
- Le 14 Avril à Garons organisé par « Passé Présent »
- Le 23 Juin à Salon de Provence organisé par « L’Eissame de Saloun » 

La conférence prévue à Arles a du être annulée. Les deux dates retenues chevauchaient d’autres événements liés : Le 31 mars : Les Assises de la langue Provençale à Maussane les Alpilles par le Collectif ; puis le 28 Avril : Lancement des Fêtes des 500 ans de la Confrérie des Gardians. Cette rencontre avec les Arlésiennes et les Arlésiens, n’est que partie remise.
Les premières communications ont éveillé l’intérêt de nombre de personnes présentes à titre personnel ou de responsables d’associations. Elles permirent des échanges fructueux où s’exprimèrent les premières réactions, les idées de chacun, les remarques, les interrogations diverses...
Suite au courrier d’appel à contribution, envoyé début décembre 2011, à une première liste d’ associations (cette liste est encore incomplète ) nous avons enregistré le soutien, sous forme de lettre, de :

  • La Nacioun Gardiano
  • Le Collectif Provence
  • Trésors d’ Étoffes

et l ’inscription d’ Associations dans l’ inventaire des associations du pays d’Arles :

  • Tradicioun
  • L’Escolo d’Argenço
  • Des fils et des Arlésiennes
  • Lou regreu
  • La Bello Mireio
  • Marsyas 2
  • Pichoto Camargo
  • Lou Trelus
  • L’ Etoile de l’avenir
  • Le Ruban de Trinquetaille
  • Lou Velout d’ Arles
  • Le Collectif Provence
  • L’ Atelier du Costume de Maillane
  • La Jouvenço d’ Intre Mar e Rose
  • Li Cabidoulo
  • Li Damisello
  • Flour d’ Immourtalo, Tradicioun e Terraire

Nous avons également commencé à enregistrer des soutiens politiques d’importance : Les Mairies de Vallabrègues et des Saintes Maries de la Mer.
Mais l’une des actions à venir serait que les Associations elles-mêmes interpellent leur propres élus locaux et territoriaux pour demander une implication du conseil municipal, départemental ou régional dans ce projet, leur demandant, à l’occasion, un soutien ferme dans la mise en œuvre de leur politique culturelle.
La Mairie d’Arles devrait prochainement faire voter une délibération du conseil municipal en vue de lancer un comité de pilotage et soutenir le projet activement.
La Région, par la voix de son Président Michel Vauzelle, a décidé de porter le projet avec nous tous dès le début.
Cette année 2012 fut marquée par des réunions importantes qui influenceront la suite donnée au projet :

  • Le 16 février 2012, rencontre en mairie d’Arles avec Madame Claire Antognazza (Conseillère communautaire, déléguée à la culture ) pour évoquer la tenue d’une conférence sur le PCI   à Arles.
  • Le 21 février 2012à l’initiative du Comité des fêtes, nous avons rencontré, au Museon Arlaten, Madame Dominique Séréna-Allier et Monsieur J J Jonin, lequel aurait souhaité que ce soit le museon qui porte le projet. Mais cette solution est structurellement impossible. Par contre Mme D SA est tout à fait disposée à nous apporter une assistance éclairée. Ainsi, le musée pourrait proposer une formation « Stratégie et Protocole de collecte de témoignage » s’adressant aux responsables d’associations qui souhaitent conserver la mémoire de leurs adhérents. Un stage pourra être mis en place dès que le nombre requis (une douzaine de personnes) sera atteint. Nous relancerons dès que possible, les Associations et leur proposerons cette formation.
  • Le 23 mars 2012, journée de formation à Aix en Provence, sur la méthodologie des enquêtes liées à la collecte du patrimoine culturel immatériel.
  • Le 10 Avril 2012, rencontre avec Monsieur Pierre Bonnet au Conseil Régional de Provence, qui se propose de nous apporter une aide technique dans la constitution du dossier de demande de subventions, ainsi qu’une aide à la diffusion, avec un suivi du projet sur le long terme .
  • Le 7 juin 2012, rencontre avec Monsieur Patrice Gauthier au Conseil Général des Bouches du Rhône qui nous aiguillera vers les personnes à rencontrer (par exemple la directrice des archives départementales).
    Ces deux chargés de mission nous ont affirmé le soutien des instances qu’ils représentent dans notre démarche.

Stands d’information

Nous avons tenu également deux stands d’information et de collecte de soutiens :

  • Les 1er et 2 Septembre 2012, à l’occasion du Festival des Fontaines, sous l’égide et la bannière du Collectif Provence, dans un stand installé par Pierre Madec qui pour l’occasion a organisé une exposition photos des arènes d’Arles le 1er Mai 2012.
    Le stand a été tenu par Pierre et Marie-Claude Madec le Week-end, Hélène Rosso le Samedi et Isabelle Barbier le Dimanche.
  • Le 18 Novembre 2012, à l’occasion du vide-grenier “Arlésiennes et Gardians préparent noël”, à Aureille.

Pour finir ce bilan de l’année 2012 nous retiendrons les éléments positifs et laisserons de coté les quiproquos, les malentendus dus à une perception erronée du projet. Le concept est complexe à appréhender et en dépit de ce qui a été reproché à l’association Tradicioun, ce projet n’est pas une croisade pour faire mousser une ou deux personnes, et ce n’est pas Tradicioun non plus qui rédigera le dossier d’inscription. Il y a eu visiblement confusion entre les notions de projet et de dossier.

L’heure est à la mise en avant de projets divers portés par les différents acteurs de la tradition et visant , qui à la sauvegarde, qui à la valorisation, qui à la revitalisation etc...

Le site internet “Le Costume d’Arles” a pour but de rassembler les informations qui seront nécessaires ensuite pour la constitution du dossier lui-même. Toutes les Arlésiennes et femmes du pays d’Arles peuvent et se doivent de participer, ne serait ce que par le biais d’un témoignage exprimant leur attachement à ce costume, les raisons qui lui font porter encore et toujours cette tenue, ou bien aider les autres dans cette action. Les messieurs aussi sont les bienvenus ...Ils ont souvent beaucoup de choses à dire, et pas des moindres !
Les personnes qui ne veulent pas de ce projet sont tout autant appelées à témoigner sur le sujet. Il est difficile d’imaginer que tout le monde sera d’accord avec le principe de faire inscrire Le Port du Costume d’Arles au Patrimoine Culturel Immatériel. Il y a forcément des doutes, des réticentes, voire même des refus catégoriques. Il est normal que ceux-ci s’expriment aussi.

2013 vers un nouveau souffle

L’association Tradicioun va continuer le travail commencé :

  • Liste d’inventaire des groupes et associations de tradition.
  • Communication à destination des personnes et des associations.
  • Liste d’inventaire des ouvrages spécialisés.
  • Collecte de témoignages
  • Développement de l’agenda de manifestations.
  • Administration du site internet. ( http://www.lecostumedarles.fr )

Ce qui est sûr c’est que ce projet ne pourra être mené à son terme que si l’ensemble des acteurs contribue à sa réussite, c’est à dire chacun d’entre vous, individuellement ou en groupe. Merci d’y réfléchir et de militer pour cette cause.

Répondre à cet article

Projet initié par Tradicioun et le conseil régional Provence Alpes Cote d'Azur
SPIP Theme by The Masterplan