Accueil du site > Les Témoignages > Lou vèsti d’Arle ?

Lou vèsti d’Arle ?

mardi 2 octobre 2018, par Nathalie Gouvard

Lou vèsti d’Arle ?

JPEG - 584.5 ko

Parla dóu vèsti arlaten, o dóu relarg d’Arle pulèu, es au cop universau e tras-que persounau...
Acò pertoco ma vido de l’en-dedins e pode segur pas dire tout ço que me vèn à l’idèio... Lou ventau dis esmougudo se duerb bèn grand e soun tras-que founso, aquélis esmougudo, que pènse à mi grand.
Souveni de ma rèiro-grand couturiero em’uno malo qu’arribè davans iéu, un pantai que se durbié pèr veni realita’mé l’aprendissage de se couifa souleto, "lou biais"...
Li mot me vènon en prouvençau, la lengo nostro, es un afaire de famiho peréu, d’àutri pèço de vèsti recampado, d’àutri baiado e gramaci i gènt que lou faguèron que voulien que lou vèsti de sis aujolo visquèsse... Lou vèsti pertoco li gènt, lis espanto, li rènd quihous... Es un liame entre li siècle, uno istòri de trasmessioun, d’evoulun, de modo e d’asatacioun que fai d’éu un tresor.
Un tresor qu’enmasco e fai toujour pantaia à nosto epoco, es sa forço contro l’unifourmisacioun d’alentour. Es coume uno afiermacioun. E pode dire tambèn qu’es la forço dis apassiouna quouro pènse au tèms que se pòu metre pèr trouba l’acord perfèt dins l’eleganço di matèri, coulour e epoco... Tout s’óublido lou tèms d’un passo-carriero... Se miés retrouba pèr faire avans.
Es la partido d’un tout dins ma vido : Prouvènço, sa lengo, sa culturo, si richesso...
M’es pas poussible de me vesti souvènti-fes mai porte lou vèsti se se pòu dire "dins ma tèsto" emé mi souveni e ma famiho, dins moun cor.
Souveni : uno escoulano de terminalo que carguè lou vèsti lou proumié cop pèr la fèsto di gardian après i’agué forço travaia en classo e autambèn pèr avé un coustume siéu...
Trasmetre, esplica, encouraja, felicita, ajuda... AMA e charra ma lengo tre qu’es poussible ! _Lou meiour di souveni : mi pequelet dins soun proumié vèsti...


Le costume d’Arles ?

Parler du costume arlésien, ou du pays d’Arles plutôt, est à la fois universel et très personnel...
Cela touche profondément ma vie intérieure et je ne peux sûrement pas dire tout ce qui me vient à l’idée... L’éventail des émotions s’ouvre bien grand et elles sont très profondes ces émotions car je pense à mes grands-parents. Souvenir de mon arrière-grand-mère couturière avec une malle qui arriva devant moi, un rêve qui s’ouvrait pour devenir réalité avec l’apprentissage de se coiffer toute seule...
Les mots me viennent en provençal, notre langue, une affaire de famille aussi, d’autres pièces de costume rassemblées, d’autres données et merci aux personnes qui le firent car elles voulaient que le costume de leurs aïeules vive...
Le costume touche les gens, les surprend, les rend curieux... C’est un lien entre les siècles, une histoire de transmission, d’évolution, de mode et d’adaptation qui fait de lui un trésor. Un trésor qui ensorcelle et fait révêr toujours à notre époque, c’est sa force contre l’uniformisation ambiante. C’est comme une affirmation. Et je peux dire aussi que c’est la force des passionés quand je pense au temps que l’on peut mettre pour trouver l’accord parfait dans l’élégance des matières, couleurs et époque... Tout s’oublie le temps d’un défilé... Mieux se retrouver pour avancer.
C’est la partie d’un tout dans ma vie : la Provence, sa langue, sa culture, ses richesses...
Il ne m’est pas possible de "m’habiller" souvent mais je porte le costume si l’on peut dire "dans ma tête" avec mes souvenirs et ma famille, dans mon coeur.
Souvenir : une élève de terminale que porta le costume la première fois pour la fête des gardians après y avoir beaucoup travaillé en classe et aussi pour avoir un costume bien à elle...
Transmettre, expliquer, encourager, féliciter, aider... AIMER et parler "ma lengo" dès que poussible !
Le meilleur des souvenirs : mes "pequelet" dans leur premier costume...

Répondre à cet article

Projet porté par [Tradicioun->www.tradicioun.org]
SPIP Theme by The Masterplan