Accueil du site > Les Témoignages > Rayonnement et transmission

Rayonnement et transmission

samedi 3 novembre 2018, par Stéphanie Gouirand

Nosti tradicioun soun tant poulido ! Lou vesti, la bouvino, li gardian, lis festo, la lengo, la manjaduro....
Je ne cesse de penser et de proclamer que nos traditions sont belles. Simples et riches de sens. Sian fier de ço que sian !
Ce que j’aime par dessus tout, la plus grande gratitude que m’apporte le costume ce sont les rencontres faites au fil du temps depuis plus de 20 ans maintenant.
Un personne m’a mise sur les rails et une autre m’a fait embarquer dans ce train que je n’ai pas envie de quitter.
Mon pépé m’a toujours emmenée aux arènes de Pélissanne pour voir les courses camarguaises, aux abrivado, à la pastorale Maurel. Il parlait et chantait en Provençal. Etant en permanence à ses côtés j’ai décidé d’apprendre le provençal au lycée, à l’université. Cette langue fut une option pour le bac, pour le concours de professeur des écoles.
Aro fai canta mis escoulan en lengo nostro.

Aujourd’hui ce sont mes filles et mon fils qui me réclament de les emmener voir les taureaux. Pépé tu vois de la haut que la transmission se fait sans problème !
L’autre personne c’est ma mère qui a récupéré la présidence du groupe folklorique Lou Pelican en 1997. Il fallait des danseurs et des musiciens pour pérenniser cette association fondée en 1922. Du coup je me suis mise au galoubet dans un premier temps puis à la danse.
Ce fut une évidence, une passion naissante. Ma mère ayant des notions de couture, m’a confectionné la plupart de mes costumes. Nous avons beaucoup chiné.
Aujourd’hui je continue de rechercher des pièces authentiques pour mes 3 enfants et moi-même.
A ce jour, de part mon rôle de danseuse et de musicienne, je porte essentiellement le costume en cravate. Marraine de vierginenco à plusieurs reprises, je forme les danseurs, je conseille les membres de mon groupe sur les costumes et les initie à la coiffure.
A mon tour présidente depuis quelques années, je fait tout pour que nos traditions perdurent et rayonnent. Ce que des Pélissannais ont construit en 1922 en commençant par un groupe de tambourinaires et de farandoleurs, je me dois, avec mon équipe, de ne pas le laisser s’essouffler.
Voici tout ce que symbolise le costume provençal à mes yeux et dans mon coeur : des amis, une seconde famille et les trésors de notre passé.

Gouirand Stéphanie
Pélissanne

Répondre à cet article

Projet porté par [Tradicioun->www.tradicioun.org]
SPIP Theme by The Masterplan