Accueil du site > Les Témoignages > Une révélation

Une révélation

dimanche 15 avril 2018, par Gwendolyne Jaffrezic

Je suis passionnée depuis mon plus jeune âge par le costume arlésien mais ma famille étant plus orientée vers la culture tauromachique ne prêtait pas très attention aux traditions camarguaises
Il m’a fallu attendre quelques années pour intégrer un groupe et découvrir l’art du costume. La première fois que je me suis costumée en Mireille, ce fut pour moi une révélation, un sentiment unique que je venais de découvrir. Je me promenais fièrement dans les rues de mon village de Fourques.
Depuis ce jour, le costume arlésien ainsi que les traditions camarguaises font partie de ma personnalité et me collent à la peau. C’est une fierté pour ma famille et en particulier pour ma grand mère native d’Arles.
J’ai appris à me coiffer et à m’habiller toute seule avec de précieux conseils qu’on m’a donné par ci par la et qui m’ont aidés à attraper le bon geste. Savoir coiffer c’est un peu de l’art, ce n’est pas évident pour tout le monde. Il faut faire une coiffe en fonction du visage pour que ce soit bien proportionné etc...
J’aime apprendre aux petites a se coiffer leur donner des conseils etc... mais je leur dis toujours de ne pas écouter que moi, qu’il faut qu’elles aillent voir d’autres filles qui se coiffent et qui leur donnent des conseils afin qu’elles se fassent leur propre coiffe comme elles aiment et non pas par ce qu’on leur a dit de faire comme ça et pas autrement. C’est faux. Il y a 1000 façons de se coiffer il faut juste trouver celle qui convient à soi.

Bien évidemment, chaque petite Mireille rêve de prendre son ruban. Pour moi ce fut un conte de fée qui se réalisait. Le ruban est une étape cruciale dans la vie d’une arlésienne, le passage de la petite fille à la jeune femme, ce qui signifie que la jeune fille a acquis une certaine sagesse et une certaine maturité lui permettant de porter dignement le ruban bleu marine. Ce ruban lui donne aussi plus de liberté. Dans le costume pleins d éléments viennent s’ajouter à la garde robe comme : la guimpe , le fichu de propreté, les bijoux plus imposants , les différentes formes de jupes. Le dessus de coiffe vient remplacer le petit bonnet et bien évidemment le ruban remplace la petite coiffe blanche de Mireille. La cérémonie de la prise du ruban : la festo vierginenco ( la fête des vierges ) a été une journée unique dans ma vie et que je n’oublierai jamais. Moi qui pleure très rarement d’habitude, cette cérémonie m’a mis les larmes aux yeux. C’est d’autant plus beau quant tu sens dans le regard de ta marraine une certaine fierté d’avoir transmis l’art du costume et des traditions qui sont notre trésor. Ce costume nous rend tellement belle, je trouve ça magique car dans la vrai vie je suis plutôt garçon manqué, mais quand je me costume je retrouve de la prestance , de l’élégance et de la féminité.

Répondre à cet article

Projet porté par [Tradicioun->www.tradicioun.org]
SPIP Theme by The Masterplan